Presse | Journalisme

« Absorption » des délits de presse | 6 avril 2018

Nullité d’une assignation

La rédaction d‘une assignation en diffamation est affaire de spécialiste. Une nouvelle fois, une société a été jugée irrecevable à agir en diffamation / injure, la juridiction ayant prononcé la nullité de l’assignation délivrée.  La société avait été mise en cause par le journal « L’Est Eclair » pour des faits d’escroquerie présumée.

Article 53 de la loi du 29 juillet 1881

Selon l’article 53 de la loi du 29 juillet 1881, l’assignation doit, à peine de nullité, préciser et qualifier le fait incriminé et énoncer le texte de loi applicable. Est nulle une assignation retenant pour le même fait la double qualification d’injure et de diffamation. En l’espèce, l’assignation visait globalement les articles 29 et 32 de la loi du 29 juillet 1881 en indiquant dans le dispositif de cette assignation que les écrits du journal étaient à la fois diffamatoires et injurieux.

L’assignation ne distinguait, ni dans ses motifs, ni dans son dispositif, ceux des faits qui devraient recevoir la qualification d’injure et ceux qui devaient être considérés comme des imputations diffamatoires. Au contraire, dans les motifs de l’assignation, les extraits du texte de l’article étaient tous qualifiés comme portant atteinte à l’honneur, à la considération et à la réputation de la société, ce qui permettait de les envisager uniquement sous l’angle de la diffamation. A défaut d’avoir fait cette ventilation entre les deux qualifications suivant les allégations relevées, l’assignation était frappée de nullité, un fait unique ne pouvant être à la fois qualifié d’injure et de diffamation.

Question de « l’absorption »

La société, consciente d’avoir procéder à une double qualification pour les mêmes faits, a invoqué en vain l’absorption du délit d’injure par celui de diffamation. Cette absorption implique l’obligation de n’invoquer que la qualification de diffamation, sans autoriser la double qualification pour le même fait.  La double qualification d’injure et de diffamation est possible seulement lorsqu’il résulte de l’analyse de l’article de presse litigieux que les termes injurieux ne se réfèrent pas aux faits visés par les imputations diffamatoires, ce qui n’était pas possible en l’occurrence puisque tous les faits relevés par la société étaient qualifiés de diffamatoires dans les motifs de son assignation. Au surplus, alors que la société qualifiait l’article de presse litigieux d’injurieux, elle ne visait pas l’article 33 de la loi du 29 juillet 1881 (sanctions applicables au délit d’injure).

[toggles class= »yourcustomclass »]

[toggle title= »Télécharger la Décision » class= »in »]Télécharger [/toggle]

[toggle title= »Poser une Question »]Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.[/toggle]

[toggle title= »Surveillance & Analyse de Marque » class= »in »]Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.[/toggle]

[toggle title= »Paramétrer une Alerte »]Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème[/toggle]

[toggle title= »Commander un Casier judiciaire »]Commandez le Casier judiciaire d’une société ou sur l’une des personnes morales citées dans cette affaire.[/toggle]

[toggle title= »Vous êtes Avocat ? »]Vous êtes Avocat ? Référencez vos décisions, votre profil et publiez vos communiqués Corporate sur Lexsider.com. Vos futures relations d’affaires vous y attendent.[/toggle]

[/toggles]

Haut
error: Content is protected !!