Publicité | Marketing

Airbnb : partenaire officiel des JO de 2024 | 11 mai 2020

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) a fait part, sans succès, au Ministère des Sports, de son mécontentement de voir Airbnb devenir partenaire officiel des JO de 2024.

Le comité international olympique (CIO) est une organisation internationale indépendante. En aucun cas, le ministère des sports ainsi que le comité national olympique et sportif français (CNOSF) ne peuvent interférer dans ce choix. Ce partenariat est conclu pour une durée de neuf ans. Il couvre donc toutes les éditions des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver et d’été de 2020 à 2028. Sont ainsi concernés les Jeux de Tokyo 2020, Pékin 2022, Paris 2024, Milan 2026 et Los Angeles 2028. Pour le CIO, l’accord avec la plateforme Airbnb vise à garantir des conditions d’accueil et d’hébergement dans les villes qui, contrairement à Paris, ne disposent pas d’une offre hôtelière suffisante pour accueillir l’ensemble des spectateurs présents au moment des Jeux. S’agissant de Paris 2024, il n’est certainement pas question de porter atteinte aux intérêts des hôteliers français. Tony Estanguet, président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJO), a d’ailleurs eu l’occasion d’échanger récemment à ce sujet avec Monsieur Roland Héguy, président confédéral de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et Monsieur Jean-Virgile Crance, président du Groupement national des chaines hôtelières (GNG) et de réaffirmer combien l’implication de ce secteur est déterminante dans le succès des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Le COJO assure que le « secteur de l’hébergement hexagonal possède un savoir-faire unique au monde en matière d’accueil et d’hospitalité ». « Les capacités d’accueil des hôtels ainsi que leur savoir-faire en matière d’art de vivre à la française ont contribué au succès du dossier de candidature pour Paris 2024 », précise en outre Tony Estanguet. Dans une lettre qu il a adressée au président de l’UMIH dès le 21 novembre 2019, il réaffirme sa volonté de poursuivre la démarche de co-construction du plan d’hébergement officiel des Jeux initiée dès la phase de candidature avec les professionnels de l’hôtellerie. Selon lui, cette méthode de travail n’est aucunement remise en cause par le choix du CIO de conclure un partenariat mondial avec la société Airbnb.

Haut
error: Content is protected !!