Sous-traitance des Prestations de Sécurité | Point juridique

  • Description de ce document juridique

  • Votre accès ne vous permet pas de télécharger ce document

  • Point juridique sur la Sous-traitance des Prestations de Sécurité.

     

    Les entreprises de sécurité et leurs dirigeants (donneurs d’ordres au sens de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975) ont l’obligation légale d’informer leur client s’ils sous-traitent tout ou partie de leurs prestations. Si le recours à la sous-traitance ou à la collaboration libérale est envisagé dès la signature du contrat de prestation de services, ils informent leurs clients de leurs droits à connaître le contenu des contrats de sous-traitance ou de collaboration libérale projetés. A cette fin, la clause de transparence rappelle, en les reproduisant intégralement, les dispositions légales suivantes :

     

    « Article 1 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance :  Au sens de la présente loi, la sous-traitance est l'opération par laquelle un entrepreneur confie par un sous-traité, et sous sa responsabilité, à une autre personne appelée sous-traitant l'exécution de tout ou partie du contrat d'entreprise ou d'une partie du marché public conclu avec le maître de l'ouvrage.

     

    Article 2 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance : Le sous-traitant est considéré comme entrepreneur principal à l'égard de ses propres sous-traitants.

     

    Article 3 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance : L'entrepreneur qui entend exécuter un contrat ou un marché en recourant à un ou plusieurs sous-traitants doit, au moment de la conclusion et pendant toute la durée du contrat ou du marché, faire accepter chaque sous-traitant et agréer les conditions de paiement de chaque contrat de sous-traitance par le maître de l'ouvrage ; l'entrepreneur principal est tenu de communiquer le ou les contrats de sous-traitance au maître de l'ouvrage lorsque celui-ci en fait la demande. Lorsque le sous-traitant n'aura pas été accepté ni les conditions de paiement agréées par le maître de l'ouvrage dans les conditions prévues à l'alinéa précédent, l'entrepreneur principal sera néanmoins tenu envers le sous-traitant mais ne pourra invoquer le contrat de sous-traitance à l'encontre du sous-traitant.

     

    Article 5 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance : Sans préjudice de l'acceptation prévue à l'article 3, l'entrepreneur principal doit, lors de la soumission, indiquer au maître de l'ouvrage la nature et le montant de chacune des prestations qu'il envisage de sous-traiter, ainsi que les sous- traitants auxquels il envisage de faire appel. En cours d'exécution du marché, l'entrepreneur principal peut faire appel à de nouveaux sous-traitants, à la condition de les avoir déclarés préalablement au maître de l'ouvrage. »

     

    S'il n'est pas prévu à la signature du contrat de prestation de services, le recours à la sous-traitance ou à la collaboration libérale ne peut intervenir qu'après information écrite du client.  Lors de la conclusion d'un contrat de sous-traitance ou de collaboration libérale, les entreprises de sécurité privée doivent s'assurer du respect, par leurs sous-traitants ou collaborateurs libéraux, des règles sociales, fiscales et relatives à l'interdiction du travail illégal, dans le cadre de ce contrat (voir infra).

     

    Tout contrat de sous-traitance ou de collaboration libérale ne peut intervenir qu'après vérification par l'entreprise de sécurité privée donneuse d'ordre de la validité de l'autorisation de l'entreprise sous-traitante, des agréments de ses dirigeants et associés et des cartes professionnelles de ses salariés qui seront amenés à exécuter les prestations dans le cadre de ce contrat.

     

    Une entreprise ou un dirigeant ne peut se prévaloir, dans sa communication envers tout client potentiel, de la réalisation d'une prestation pour laquelle il a été fait appel à des entreprises sous-traitantes, ni de la réalisation d'une prestation pour laquelle il a agi en tant que sous-traitant, sans en faire explicitement mention.

     

    En cas de sous-traitance, plusieurs documents sont à demander impérativement au sous-traitant ...

     

    Thème Réponses Dernières réponses Actualisé
    Aucune Question Réponse

    Connectez-vous pour poser votre question

    « Retour à Tous les téléchargements

    Haut
    AIDE / QUESTION ?
    close slider
    Question juridique ? Abonnement express ? Réponse assurée dans la journée
    Civilité*
    Email:*
    Sujet :