Contrats du BTP

Contrat de conducteur d’engins 2021/2022 | 11 mai 2021

Le nouveau modèle de Contrat de conducteur d’engins est disponible en téléchargement. Le Conducteur d’engins de chantier conduit une ou plusieurs catégories d’engins pour lesquelles il dispose des autorisations requises.  Il creuse, terrasse, nivelle. Pour les besoins de l’entreprise, le chauffeur doit également participer aux différentes autres tâches du chantier chaque fois que cela le lui est demandé.

Missions du conducteur d’engins

Le conducteur d’engins peut également  être amené à conduire tout autre type  de véhicule de l’entreprise que celui attribué selon les habilitations et les autorisations de conduite dont il dispose. Il  représente  aussi l’image  de  l’entreprise  :  tiens  son  engin  propre,  a  une  conduite  adaptée,  une  bonne  présentation,  porte  les vêtements de travail et EPI de l’entreprise.

Sécurité du conducteur d’engins

Le  conducteur  d’engins  doit  se  conformer  à  la  totalité  des  consignes  données  par  sa  hiérarchie  (directe  et/ou fonctionnelle et par la personne en charge des chantiers sur lesquels il intervient. Il existe des risques liés au poste :  

Heurt  par  un  véhicule  ou  un  engin,  Plaies  ou  écrasement  des  membres,  Projections  de  corps étrangers dans les yeux, chute en montant ou descendant de l’engin, risque de renversement de l’engin, Utilisation d’échelles et marche pied, Travail en extérieur avec exposition aux UV et aux intempéries, Vibrations des machines outils portatives, Poussières, Bruit du chantier et des outils, Manutention de charges lourdes, Contraintes posturales, Contraintes organisationnelles et relationnelles : Adaptation aux changements d’équipe et de lieu, Déplacements avec éloignement du domicile, Polyvalence …

Obligation du conducteur d’engins

Le conducteur d’engins doit faire preuve de vigilance, avoir une bonne appréciation des distances et de la topographie. Il a l’obligation d’arriver un quart d’heure avant le démarrage du chantier, et partir un quart d’heure après afin d’assurer l’approvisionnement et l’entretien du matériel dont il a la responsabilité de la conduite.

Il doit également s’assurer de la mise à jour des papiers de bord  du véhicule et du conducteur (visite médicale, habilitations, autorisations de conduite, …) ;

S’assurer de la présence en cabine de tous les consommables nécessaires à l’entretien du véhicule. •S’assurer de la validité des contrôles (VGP, validité des extincteurs …) ; Porter les EPI de l’entreprise  •Respecter les règles de sécurité relatives à la conduite ; Remplir la feuille de consommation mensuelle et la transmet au service matériel avec les tickets correspondant à l’utilisation des cartes Total ; En cas d’accident, il remplit le constat amiable avec le tiers et le remet au service juridique, informe le chef de chantier, le conducteur de travaux et le service matériel. Il est interdit de transporter des personnes extérieures à l’entreprise.

Permis de conduire du conducteur d’engins

Le permis C ou E, complété par la Formation Initiale Minimum Obligatoire (FIMO) est exigé pour la conduite de véhicules poids lourds (PTAC > 3,5 T).

Le permis de conduire du Salarié conducteur d’engins doit répondre aux exigences de l’Arrêté du 21 décembre 2005 (modifié par l’arrêté du 16 décembre 2017) fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée (particulièrement annexe « groupe lourd ») et de l’Arrêté du 27 novembre 1962 fixant les conditions dans lesquelles les conducteurs titulaires d’un permis de conduire les véhicules de la catégorie B, spécialement aménagés pour tenir compte de leur handicap, peuvent être autorisés à conduire les voitures de place.  

Engins sous la responsabilité du conducteur

Le Salarié est amené à manipuler les principaux engins de chantier suivants :

•          Chargeuse, pelleteuse, tractopelle, brise-roche hydraulique (BRH), pelle hydraulique, excavatrice, trancheuse.

•          Tracteurs sur chenille (bouteur ou bulldozer, godet, défonceuse ou ripper).

•          Décapeuse (scraper).

•          Raboteuse, tritureuse.

•          Chargeur.

•          Dumper (tombereau automoteur), moto-basculeur.

•          Niveleuse (grader)

•          Finisseur, gravillonneur, machine à coffrage glissant

•          Rouleau, cylindre vibrant, compacteur

•          Régleuse et talocheuse à béton (voir fiche 04-01-91)

Ces lourds engins (bulldozer : 35 tonnes, dumper en charge : 50 à 200 tonnes) à moteur diesel se déplacent sur chenilles, sur pneus, sur rouleau ou sur cylindre ; leur vitesse ne dépasse généralement pas 25 km / h sauf pour le dumper qui peut atteindre 60 km/h.

Le conducteur d’engins assure, sur ces engins, les tâches suivantes :   

•          Prépare la mise en route : inspection visuelle, vérifications

•          Emprunte des marchepieds ou des échelles pour accéder ou quitter le poste de conduite.

•          Conduit l’engin habituellement assis dans la cabine (parfois debout à l’air libre : cylindre vibrant) à l’aide d’un volant, de leviers (joysticks), de manettes ou de pédales (manettes + pédales sur pelle hydraulique ; volant, levier de vitesses et 3 pédales sur dumper ou chargeur à pneus).

•          Est attentif au personnel de chantier et à la signalisation, aux autres engins ou véhicules opérant à proximité.

•          Fait le plein de fuel, vérifie les niveaux et complète si nécessaire (huile, eau). Vérifie la pression des pneus.

•          Peut faire les vidanges et graissages de l’engin (toutes les 50 heures sur petit dumper 25-50 tonnes, toutes les 150 heures sur un chargeur à pneus).

•          Peut nettoyer l’engin (pulvérisation de détergents spéciaux ; nettoyage haute pression).

•          Peut effectuer des réparations (manutention lourde, nettoyage de pièces au pétrole, soudage).

•          Peut stabiliser l’engin à l’aide de patins de calage (manutention lourde).

Conducteur grue mobile sur pneus : conduit un engin de levage dont il effectue la surveillance et éventuellement l’entretien courant. On distingue 3 types de grue mobile à pneus :

•          Grue sur porteur : 2 cabines de pilotage séparées, l’une pour le déplacement sur route, l’autre pour la conduite du système de levage ; 2 moteurs séparés pour chacune de ces activités

•          Grue automobile : (automotrice rapide) : 2 cabines séparées comme le modèle précédent mais un seul moteur pour le déplacement et le levage.

•          La grue automotrice de chantier : c’est un engin de levage amené sur le chantier par porte-char et qui possède une cabine de pilotage unique avec siège pivotant assurant la conduite du système de levage et de petits déplacements sur le chantier à moins de 25 km/h.

Les grues mobiles à pneus habituellement rencontrées sur chantier BTP pèsent une vingtaine de tonnes (à vide), possèdent une flèche de 12 à 27 mètres, une portée de 25 mètres et peuvent manutentionner jusqu’à 20 tonnes. Les grues sur porteur et les grues automobiles (grues automotrices rapides) atteignent 60 km/h sur route.

•          Déplace l’engin sur route ou sur chantier et le pilote, assis dans une cabine, à l’aide d’un volant, d’un levier de vitesses et de 3 pédales. Stabilise l’engin (manutention de lourds patins de calage) sur le site de manutention du chantier après reconnaissance du terrain.

•          Assis dans la cabine, il commande le dispositif de levage en agissant sur des boutons poussoirs et des pédales à l’aide des 2 mains et des 2 pieds.

•          II surveille le bon élingage du fardeau, qu’il va déplacer et décharger ensuite, tout en restant attentif aux informations gestuelles ou verbales données par le personnel de chantier qui réceptionne la charge.

•          Peut assurer l’entretien courant de l’engin (niveaux, vidange, graissages).

Conducteur poids lourds BTP : Conduit un véhicule poids-lourd (PTAC > 3,5 tonnes) sur route, chantier, carrière ou sablière; transporte et décharge du matériel, des matériaux ou des produits destinés aux chantiers ou provenant de ceux-ci (gravats, déchets). Travaille soit en tant que prestataire indépendant, soit en tant que salarié d’une entreprise de bâtiment, TP, carrière ou sablière

Peut conduire différents types de véhicules :

•Camion benne (basculante) : transport marchandises en vrac (agrégats, terre … )

•Camion Benne à gravats ou déchets divers (recouvrir d’un filet le chargement)

•Camion plateau : transport éléments volumineux (éléments de charpente, poutres, piscine coque)

•Camion porte char : transport des engins TP

•Tombereau Articulé, Tombereau rigide (Dumper) sur chantier autoroutier, Carrière

•Camion Toupie Béton

Peut (dé)charger seul ou aidé d’un manœuvre, en utilisant des dispositifs de (dé)chargement (grue hydraulique auxiliaire, hayon hydraulique, chariot élévateur embarqué, diable… ; peut effectuer l’élingage de la charge.

Il s’assure aussi de la conformité du chargement (poids, répartition de la charge, arrimage), effectue le (dé)bâchage du chargement (benne équipée d’un système de bâchage/débâchage rapide ; quai de bâchage en centrale à enrobés ; vérifie la bonne fermeture des ridelles du camion, évitant la perte de matériaux (agrégats, sable) pendant le transport.

Doit connaître et respecter les plans de prévention des sites de chargement et des chantiers ou il intervient ; respecter les instructions propres au chantier (vitesse, règles de circulation, stationnement …).

Emprunte fréquemment des marchepieds ou des échelles pour accéder à la cabine de conduite, au bras de levage (grue hydraulique auxiliaire autoportée) ou au chargement (benne).

Vérifie le bon état du véhicule : inspection visuelle, contrôle les niveaux et les complète si nécessaire (huile, eau,…), fait le plein de carburant et vérifie la pression des pneus ; fait réaliser le contrôle du camion (révision, contrôle technique ; doit avoir des notions de mécanique.

Peut entretenir le véhicule : nettoyage à haute pression ou à l’aide de détergents spéciaux.

Haut
error: Content is protected !!