Données personnelles

Données personnelles des salariés : le droit d’accès des syndicats | 19 décembre 2019

L’employeur est tenu dans le cadre de la négociation préélectorale à une obligation de loyauté. A ce titre, il doit fournir aux syndicats participant à cette négociation, et sur leur demande, les éléments nécessaires au contrôle de l’effectif de l’entreprise et de la régularité des listes électorales.

Pour satisfaire à cette obligation, l’employeur peut soit mettre à disposition des syndicats qui demandent à en prendre connaissance le registre unique du personnel et des déclarations annuelles des données   sociales des années concernées dans des conditions permettant l’exercice effectif de leur consultation, soit communiquer à ces mêmes syndicats des copies ou extraits desdits documents, expurgés des éléments confidentiels, notamment relatifs à la rémunération des salariés.

En l’occurrence,  la Cour de cassation a confirmé que l’union locale CGT n’avait pas eu accès aux informations nécessaires à un contrôle réel de la répartition du personnel et des sièges dans les collèges : l’employeur ne lui avait pas remis les éléments lui permettant de connaître la liste des salariés de l’entreprise et d’apprécier leur qualification et leur classification.

Le refus de communiquer ces données personnelles (identité des salariés, fonctions et classification des salariés), constitue un manquement à l’obligation de négociation loyale et constitue une cause de nullité de l’accord, peu important que celui-ci ait été signé aux conditions de validité prévues par l’article L. 2314-6 du code du travail. En n’ayant pas accès à ces données, le syndicat n’avait pas eu accès aux informations nécessaires à un contrôle réel de la répartition du personnel et des sièges dans les collèges électoraux.   

Pas de questions pour le moment

Haut
error: Content is protected !!