Propriété intellectuelle | Marques

Pharell Williams contre Pharell | 26 octobre 2017

Protection du prénom Pharell

Suite à un premier revers judiciaire, l’artiste Pharell Williams a obtenu gain de cause en appel. En première instance, il a avait été jugé à tort, que le prénom du chanteur ne disposait pas d’une notoriété telle qu’il pouvait s’opposer à son dépôt par un tiers à titre de marque dans des services distincts de ceux de l’univers musical.

Dépôt frauduleux de marque

Après analyse, les juges d’appel ont considéré que le dépôt frauduleux de la marque Pharell avait été déposé pour « faire chanter » Pharell Williams. Aux termes de l’article L 712-6 du Code de la propriété intellectuelle, si un enregistrement a été demandé soit en fraude des droits d’un tiers, soit en violation d’une violation légale ou conventionnelle, la personne qui estime avoir un droit sur la marque peut revendiquer sa propriété en justice. A moins que le déposant ne soit de mauvaise foi, l’action en revendication se prescrit par cinq ans à compter de la publication de la demande d’enregistrement.

La mauvaise foi du déposant d’une marque doit s’apprécier au jour du dépôt, soit en l’espèce en 2007. Cette année-là, l’artiste était déjà connu sous son prénom et s’était notamment associé au géant Reebok pour lancer sa propre ligne de vêtements et de chaussures.

Preuve par email de chantage

Le dépôt de la marque Pharell avait bien été effectué dans l’intention de priver l’artiste d’un signe nécessaire à son activité. En effet, le déposant avait habilement adressé un email au conseil britannique de l’artiste pour lui indiquer que « la marque Pharrell était exploitée dans une centaine de points de vente en France et lui proposait le rachat de « Pharrell » en France »; il indiquait également que « le nom Pharrell permettait à ses distributeurs de très bien vendre ses produits car il semblerait que ma marque porte le même nom qu’un chanteur américain très célèbre que je ne connaissais pas avant ».

Le déposant, dont l’une des missions au sein de la société Lee Cooper consistait en la mise en place de « cobranding » affichait également et cela dès 2011, sur Facebook et Twitter son intérêt pour Pharrell Williams. La fraude était ainsi caractérisée, et partant la mauvaise foi du déposant. Le transfert de la marque Pharell a donc été prononcé.

[toggles class= »yourcustomclass »]

[toggle title= »Télécharger la Décision » class= »in »]Télécharger [/toggle]

[toggle title= »Poser une Question »]Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.[/toggle]

[toggle title= »Paramétrer une Alerte »]Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème[/toggle]

[toggle title= »Commander un Casier judiciaire »]Commandez le Casier judiciaire d’une société ou sur l’une des personnes morales citées dans cette affaire.[/toggle]

[toggle title= »Vous êtes Avocat ? »]Vous êtes Avocat ? Référencez vos décisions, votre profil et publiez vos communiqués Corporate sur Lexsider.com. Vos futures relations d’affaires vous y attendent.[/toggle]

[/toggles]

Haut
error: Content is protected !!