Audiovisuel | Cinéma

Production de spectacles : la nullité du bail commercial | 4 octobre 2018

Nullité pour dol

Lors de la conclusion du bail commercial, la transparence s’impose sur l’identité du preneur et surtout ses antécédents judiciaires présentant un risque pour l’ordre public. Le bail de la société « Les productions de la plume » (Dieudonné) a été annulé pour dol.

Bail commercial annulé

Par acte sous seing privé, le bailleur a consenti à la société un bail de courte durée de 36 mois, portant sur des locaux situés dans l’enceinte du Village Christofle, sis Saint Denis.  Selon les stipulations contractuelles, « le local devra être affecté par le preneur à l’usage d’activités de production et organisation de spectacles et manifestations culturelles et événementielles, et toutes activités connexes. Le local n’est pas destiné à effectuer des manifestations religieuses, du commerce sur place, ni à drainer une clientèle extérieure pour vente au détail ».

Par courrier recommandé le bailleur a informé le preneur qu’il estimait avoir été trompé et considérait que le bail était nul et n’ayant jamais existé. Ce courrier précisait que si le preneur  avait su que la société était la société de production de Dieudonné, le contrat n’aurait jamais été conclu en raison « des troubles de jouissance au voisinage et les troubles à l’ordre public qui se sont produits par le passé en d’autres lieux ».

Vice du consentement confirmé

Selon l’article 1116 du code civil, dans sa version applicable aux faits, « le dol est une cause de nullité de la convention lorsque les manoeuvres pratiquées par l’une des parties sont telles, qu’il est évident que, sans ces manoeuvres, l’autre partie n’aurait pas contracté. Il ne se présume pas, et doit être prouvé ». Or, il est constant que le dol peut être constitué par le silence intentionnel d’une partie dissimulant à son cocontractant un fait qui, s’il avait été connu de lui, l’aurait empêché de contracter.

S’il n’existe pas à proprement parler une obligation d’information pesant sur le preneur, non professionnel de l’immobilier, lors de la conclusion d’un bail, le principe de la bonne foi qui doit régner dans l’exécution des contrats oblige celui-ci à révéler à son cocontractant le nom de celui pour le compte duquel il agit, lorsqu’il ne peut ignorer, compte tenu du contexte, que cette information est susceptible d’avoir une incidence sur la conclusion et le déroulement du bail.

En l’espèce, la société dont il n’était pas contesté qu’elle assure, notamment, la production des spectacles de Dieudonné, ne pouvait ignorer, alors qu’elle était partie à une procédure pendante devant la 18e chambre du tribunal de grande instance de Paris tendant à la résiliation du bail du Théâtre de la Main d’Or dans lequel se produisait cet artiste, le retentissement médiatique d’un arrêté préfectoral interdisant un des spectacles donné dans le théâtre de la Main d’Or, approuvé par le Conseil d’Etat le 9 janvier 2014. Étant dans l’attente du prononcé du jugement et sachant qu’il lui serait difficile, compte tenu du contexte existant à l’époque, d’obtenir facilement la signature d’un nouveau bail pour des locaux dans lesquels se produirait cet humoriste, elle a volontairement choisi de taire l’identité de celui-ci lors des négociations et de la signature dudit bail, alors même que compte tenu d’éventuels troubles à l’ordre public, qui s’étaient déjà produits, elle ne pouvait ignorer que cette information était déterminante pour le bailleur. La société de production n’a pu prétendre que le bailleur avait une obligation de s’informer sur la personnalité réelle de son cocontractant par des recherches sur internet qui lui auraient facilement permis de connaître les liens en question alors même que la société  avait tout fait pour dissimuler ces faits en ne produisant elle-même aucun document permettant d’établir ce lien et en insistant lors des négociations sur la diversité des clients qu’elle avait dans son portefeuille. La société de production a ainsi intentionnellement commis une réticence dolosive entraînant la nullité du bail pour dol.

[toggles class= »yourcustomclass »]

[toggle title= »Télécharger la Décision »]Télécharger [/toggle]

[toggle title= »Vendre un Contrat sur cette thématique »]Vous disposez d’un modèle de document juridique sur cette thématique ? Complétez vos revenus en le vendant sur Uplex.fr, la 1ère plateforme de France en modèles de contrats professionnels[/toggle]

[toggle title= »Poser une Question »]Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.[/toggle]

[toggle title= »E-réputation | Surveillance de marques »]Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.[/toggle]

[toggle title= »Paramétrer une Alerte »]Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème[/toggle]

[/toggles]

Pas de questions pour le moment

Haut
error: Content is protected !!