Image | Photographie

Propriété des supports photographiques | 19 février 2020

Celui qui finance la réalisation des supports photographiques en devient propriétaire. 

Droit de propriété des photographes

Un photographe, a réalisé entre 1974 et 1984 des reportages pour le magazine « Lui ».  Reprochant à l’éditeur de ne pas lui avoir restitué les clichés photographiques dont il lui avait remis les négatifs aux fins de reproduction dans ce magazine, sans toutefois lui en avoir cédé la propriété corporelle, le photographe l’a assigné en réparation du préjudice en résultant

Propriété des supports

Saisie de l’affaire, la Cour de cassation a confirmé que l’éditeur avait financé les supports vierges et les frais techniques de développement des photographies en cause, pour en déduire exactement qu’il était propriétaire de ces supports.

Exceptions au principe

Attention, ce principe peut connaitre plusieurs exceptions. En premier lieu, la théorie de la spécification posée par l’article 571 du code civil : lorsque la valeur de la main d’oeuvre surpasse de beaucoup celle de la matière, la propriété doit être accordée au spécificateur. Lorsqu’un auteur transforme de son geste la matière pour en faire le support de sa création, la disparité de valeur, au sens de ce texte, résulte en principe de ce que l’oeuvre est attachée à son support matériel. En second lieu, le photographe peut établir que le cessionnaire, en refusant de lui restituer ses supports, l’a empêché  d’exploiter son œuvre. En effet, l’obstacle créé à l’exploitation des droits de l’auteur sur son oeuvre par le propriétaire de son support est susceptible de dégénérer en abus. L’abus a été exclu en l’espèce : le photographe n’avait pas été empêché de jouir de son oeuvre puisqu’il avait pu faire paraître un livre avec ses supports photographiques. Télécharger la décision

Haut
error: Content is protected !!