Propriété intellectuelle | Marques

Vente parfaite d’un Basquiat | 18 janvier 2017

En cas d’acquisition d’œuvre d’art, l'appréciation de l'erreur est subjective mais il appartient à celui qui l'invoque, d'établir en quoi il s'agissait dans son esprit au moment de la vente, d'une qualité substantielle et pour quelle raison . . .

Cliquez ici pour accéder à ce contenu Juridique Premium. Déjà abonné ? Votre session a expiré, reconnectez-vous ici.

 

    Pas de questions pour le moment

      Haut